LA MEMOIRE EN MARCHE

LA MEMOIRE EN MARCHE

Libre, fidèle et indépendante. Jetée au vent de l'espérance, contre l'oubli et pour demain...

Complexe d'Auschwitz-Birkenau

Catégories : #Auschwitz, #Birkenau, #Camp de concentration et d'extermination, #Philatélie

 

La décision de créer un camp à Oswiecim (Pologne) remonte au 27 avril 1940. Et c’est Heinrich Himmler qui choisit le lieu destiné à accueillir le futur camp de concentration, une ancienne caserne militaire qu’il faudra agrandir et adapter aux missions qui lui seront dévolues. Courant  juin et juillet 1940, les expulsions des populations locales se multiplieront afin de gagner des surfaces au sol et faire table rase des possibles témoins.

Le 1er mars 1941, Himmler se rend à Auschwitz pour une première inspection. Il prend la décision d’agrandir le camp pour atteindre une capacité d’internement de 30 000 personnes. Il évoque déjà l’hypothèse d’élever à trois kilomètres de là un camp de très grande taille susceptible de recevoir 100 000 prisonniers de guerre. Durant l’été dans le périmètre d’Auschwitz I, de nouveaux bâtiments apparaissent, quatorze déjà existants se dotent d’un nouvel étage, d’autres enfin sont simplement agrandis. Une nouvelle numérotation des bâtiments est créée, dotant du numéro 10 le block destiné aux expérimentations médicales, et du numéro 11 celui faisant office de block disciplinaire ou bunker. A l’automne, la première chambre à gaz d’Auschwitz fonctionnant au Zyklon B rentre en activité. L’édification du camp d’Auschwitz II-Birkenau démarre sur le territoire du village de Brzezinka le 8 octobre 1941. De par le projet initial évoqué ci-dessus, il garde la dénomination de Kriegsgefangenenlager (camp de prisonniers de guerre) jusqu’au 31 mars 1944.

Bien que le processus soit lancé depuis plusieurs mois, c’est le 20 janvier 1942 à Wannsee (banlieue de Berlin)  qu’est scellé l’avenir des Juifs d’Europe, signifié sous le vocable de « solution finale à la question juive ». Auschwitz en devient définitivement l’outil central avec la mise en action du camp de Birkenau début 1942.  Si les premiers gazages ont lieu en janvier dans un local aménagé à cet effet à l’intérieur d’un ancien corps de ferme, c’est entre mars et juin de l’année 1943 que Birkenau est doté des installations destinées à la « mise à mort industrialisée » des populations juives d’Europe.  Elles se présentent sous la forme de quatre grands crématoires intégrant dans leurs murs salles de déshabillage, chambres à gaz et fours pour la crémation des corps.

Jusqu’en août 1944, un flot ininterrompu de convois  rythme le calendrier des exécutions massives, et la Judenrampe, destinée à Birkenau aux opérations de sélection à compter du printemps 42, devient pour la majorité d’entre eux la dernière station. En mars 42, arrivent les premiers  Juifs slovaques (27 000 au total) et français (70 000), puis en mai les premiers Juifs polonais (300 000), allemands et autrichiens (23 000), en juillet les hollandais (60 000), en août les belges (25 000) et les yougoslaves (10 000), en octobre ceux de Bohême-Moravie (46 000), et en décembre les norvégiens (700). En mars 1943, c’est la déportation des Juifs de Grèce (55 000) qui débute. Celle des Juifs italiens (7 500) démarrera en octobre. En 1944 encore, les chambres à gaz engloutissent  les Juifs hongrois à partir du mois de mai (438 000), puis les Juifs du ghetto de Lodz (67 000) et les insurgés de Varsovie en août (13 000). Les exécutions par gazage s’achèveront en novembre 1944.

Entre temps, Auschwitz acquiert ses « galons » de complexe. A compter d’avril 1941, le camp d’Auschwitz I fournit la main d’œuvre pour bâtir l’usine Buna Werke appartenant au groupe IG Farben, à 6 kilomètres d’Oswiecim. Réduits à l’état d’esclaves, les déportés construisent eux-mêmes les voies d’accès jusqu’au site industriel. Les pertes humaines considérables, en particulier liées à de violentes épidémies de typhus, poussent les autorités à installer à Monowice, en octobre 1942, le camp annexe de Buna, finalement identifié à partir de 1943 comme Auschwitz III-Monowitz. Entre 1942 et 1944, sa main d’œuvre alimentera 47 camps et kommandos extérieurs. 

Au total, le nombre de victimes juives pour le complexe  d’Auschwitz est évalué au minimum à 1,1 million d’individus, hommes, femmes et enfants confondus. Plus de 20 000 Sinti et Roms périrent également dans ce camp. Outre ces deux catégories, le nombre de victimes est estimé entre 70 et 75 000 pour les polonais (non juifs), à 15 000 pour les prisonniers de guerre soviétiques et à près de 15 000 pour l’ensemble des autres nationalités.

Depuis 1979, le camp d’Auschwitz est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

2014 - "Les violons ont survécu à la Shoah" - Timbre évoquant les orchestres qui jouaient dans certains camps au départ des déportés vers leurs kommandos de travail, ainsi qu'à leur retour. Ces orchestres intervenaient également lors des exécutions en place d'appel. Détail d'un violon sur fond de porte d'entrée du camp de Birkenau - Dentelé 13 1/4 x 14 - Pays émetteur: Israël - Valeur faciale: 9,60 s

 

2004 - Enveloppe Premier jour illustrée par la porte d'entrée du camp de Birkenau - Timbre représentant une Etoile de David sur galet - Pays émetteur: Hongrie.

 

1982 - Mémorial International d'Auschwitz-Birkenau - Pays émetteur: République Démocratique Allemande - Dentelé 14 - Valeur faciale: 35 p.

 

1975 - 30ème anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz - Pays émetteur: Pologne - Dentelé 11 x 11 1/2 - Valeur faciale: 1,50 z

 

1962 - Mois international de la résistance - Auschwitz - Pays émetteur: Pologne - Dentelé 12 - Valeur faciale: 40 Gr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Nous sommes sociaux !