LA MEMOIRE EN MARCHE

LA MEMOIRE EN MARCHE

Libre, fidèle et indépendante. Jetée au vent de l'espérance, contre l'oubli et pour demain...

Mieczyslaw Koscielniak

M. Koscielniak est un dessinateur, peintre, et graphiste d'origine polonaise, né le 29 janvier 1912 et décédé le 5 mars 1993. De renommée internationale, son oeuvre fascine tout autant les historiens de l'art, que les intellectuels, les hommes politiques que les hommes de religions ou les militaires. Humaniste attentif à l'évolution du monde, M. Koscielniak a ainsi pu cottoyer le Général Eisenhower, l'écrivain Michal Rusinek, Jean Paul II et bon nombre de stars hollywoodiennes !

Mieczyslaw Koscielniak posséde un talent pictural évident, découvert dés son plus jeune âge, et qui lui permet d'intégrer sans difficulté l'université des Beaux-Arts de Cracovie. Malheureusement, la seconde guerre mondiale interrompt ses projets artistiques, d'autant que tombé dans les mains de l'occupant allemand, il prend la direction des camps de la mort nazis. Déporté en février 1941 (l'Allemagne envahit la Pologne en janvier), c'est dans le camp d'Auschwitz qu'il est enregistré sous le numéro matricule 15261 (voir autoportrait ci-contre réalisé en 1944). Malgré tout, conscient de toucher en ces lieux les tréfonds de la déchéance et de l'horreur humaine, il s'obstine et poursuit son activité artistique jusqu'au bout, dessinant obstinément une à une, chaque situation de la vie quotidienne, chaque persécution, chaque dessin, chaque peinture  constituant une victoire sur l'indiscible ! Face à un danger de plus en plus grand, et grâce à l'abnégation d'un réseau clandestin, il parvient à mettre à l'abris hors du périmètre du camp, une grande partie de ses oeuvres, aujourd'hui présentées au grand public dans le cadre du musée du camp d'Auschwitz. 

Aprés sa libération en mai 1945, Mieczyslaw Koscielniak finit par rejoindre les troupes américaines avec lesquelles il engage les ultimes combats contre les régiments SS acculés. Blessé une seconde fois, sa convalescence lui donnera l'occasion de dessiner les portraits de nombreux officiers américains.

Le second conflit mondial terminé, il s'en retourne vers sa patrie meurtrie, la Pologne, alors que la nationalité américaine lui tend les bras. Il partcipe alors au projet du Musée du Camp d'Auschwitz dont il devient l'un des fondateurs, musée auquel il lègue environ 500 oeuvres réalisées pendant sa déportation, autant de témoignages "vivants" des atrocités nazies. Sa production artistique dépasse bien entendu le seul sujet des camps, et devenu un artiste accompli et reconnu, il participera à de trés nombreuses expositions à travers le monde entier. Mais au delà de la représentation des horreurs qui malgré lui nourrisent sa condition d'humain, c'est le message universel véhiculé par son art qui touche la conscience du spectateur. Un message de vigilance totale envers toutes les manifestations du fanatisme et de l'intolérance.


               
                                          
                                     

Enfin, signalons que Mieczyslaw Koscielnialk réalisa le portrait du père franciscain Maximilien Kolbe, qu'il rencontra au printemps 1941 dans le camp d'Auschwitz, et qui fut canonisé le 10 octobre 1982 par le pape Jean Paul II, lui même polonais. Ce portrait illustre un timbre polonais commémoratif du martyre du père Kolbe qui sacrifia sa vie pour sauver un père de famille.

Partager cette page

Repost 0