Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA MEMOIRE EN MARCHE

LA MEMOIRE EN MARCHE

Libre, fidèle et indépendante. Jetée au vent de l'espérance, contre l'oubli et pour demain...

Camp de DORA

Après le bombardement les 17 et 18 août 1943 par la Royal Air Force (opération Hydra) du centre de recherche et du développement des fusées situé à Peenemünde, Adolf Hitler, Albert Speer alors ministre de l’Armement et Heinrich Himmler chef de la SS programment  son transfert dans la région du Kohnstein.

C’est donc le 28 août 1943 que  « Dora » ouvre ses portes en tant qu’annexe du camp de Buchenwald, hébergeant les kommandos chargés d’aménager  un réseau de galeries souterraines destinées aux unités de fabrication de fusées stratégiques. Cette population de prisonniers asservis aux travaux les plus barbares subit une véritable hécatombe. Enfermés jour et nuit à l’intérieur des souterrains dans des conditions sanitaires désastreuses, leur espoir de survivre aux épreuves quotidiennes est quasi nul.  On évalue à 5 000 le nombre de morts entre l’arrivée des premiers déportés et mars 1944 alors que l’effectif total durant cette même période est monté à 10 000.

Dans la région du Harz se développe ainsi un ensemble d’unités dont la plus importante  est l’usine de Mittelwerk. Y sont assemblées sous la direction de Wernher Von Braun les fusées V1 et V2  dites de représailles (Vergeltungswaffen). Cette usine constitue un rouage essentiel du complexe de presque 40 camps et sites annexes qu’est devenu  le camp de concentration autonome de Mittelbau-Dora, symbole de l’exploitation meurtrière de la main d’œuvre gratuite qu’offrait l’univers concentrationnaire à l’industrie d’armement nazie.

A partir du printemps 1944, ce sont 3 000 ouvriers civils et presque 5 000 déportés qui œuvrent dans ces ateliers avec plus ou moins de zèle et d’efficacité. En effet si 6 000 fusées V2 sont fabriquées jusqu’en mars 1945, on estime que 50 % seulement d’entre elles furent en mesure de voler.  Destinées aux attaques aériennes sur les Pays Bas et l’Angleterre, les V2 feront davantage de victimes dans les tunnels de Dora que dans les territoires visés par ces bombardements.

Un tiers des 60 000 déportés du camp de Mittelbau-Dora périt avant sa libération par les forces de l’US Army  le 11 avril 1945. 

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :