LA MEMOIRE EN MARCHE

LA MEMOIRE EN MARCHE

Libre, fidèle et indépendante. Jetée au vent de l'espérance, contre l'oubli et pour demain...

Nicholas Winton (1909-2015)

Jeune courtier de 29 ans, Nicholas Winton répond à la veille de Noel 1938 à l’appel à l’aide d’un ami installé à Prague. Celui-ci essaye de porter secours à des réfugiés juifs dont bon nombre sont des enfants. Nicholas Winton, touché par le drame qui s’annonce, prend alors l’initiative d’agir, seul. Sachant qu’un décret de la Chambre des Communes britanniques permet aux réfugiés âgés de moins de 17 ans de venir en Angleterre à condition d’avoir un endroit pour les accueillir, il met sur pied l’évacuation par train de 669 enfants juifs tchécoslovaques avant même que la guerre soit déclarée. Au total il fallut 8 trains à destination de Londres pour parvenir à ce sauvetage. Le neuvième et dernier malheureusement resta bloqué en gare de Prague, la Grand-Bretagne étant entrée à son tour dans le conflit.

Ce fut le hasard qui guida son épouse dans un grenier vers des listes d’enfants conservées par son mari dont elle ignorait totalement cet extraordinaire engagement humain. Si Nicholas Winton reçut de nombreuses récompenses et autres titres, il ne pouvait pas être reconnu Juste parmi les Nations pour la simple raison qu’il possédait dans son arbre généalogique une ascendance juive.

Nombre de survivants ne connaissaient pas l’identité de leur sauveur. Certains la découvrirent pour la première fois en 2009. En effet, un train avec les rescapés à bord, refit symboliquement le chemin entre Prague et Londres. A leur descente sur le quai, ils furent accueillis par leur sauveur. Il avait alors 101 ans

A son décès en 2015, David Cameron, alors premier ministre, lui rendit hommage ainsi : « Le monde a perdu un grand homme. Nous ne devons jamais oublier l’humanité dont a fait preuve Sir Nicholas Winton en sauvant tant d’enfants de la Shoah ».

Partager cette page

Repost 0