LA MEMOIRE EN MARCHE

LA MEMOIRE EN MARCHE

Libre, fidèle et indépendante. Jetée au vent de l'espérance, contre l'oubli et pour demain...

Raphael Elizé (1891-1945)

2013 – Raphael Elizé (1891-1945), création et gravure Sarah Bougault – Pays émetteur : France – Valeur faciale : 0,63 euros.

Arrivé en France en 1902 avec sa famille après l’éruption de la Montagne pelée, Raphael Elizé suit un parcours scolaire brillant qui l’amène en 1910 jusqu’à l’Ecole vétérinaire de Lyon. Quelques semaines après l’obtention de son diplôme, la guerre éclate. Il la traverse sans encombre et se voit attribuer pour son courage la Médaille militaire.

Dans la vie civile retrouvée, il s’installe à Sablé-sur-Sarthe (72), ville dans laquelle il choisit de s’engager politiquement. Après une première tentative en 1925  soldée par un échec, il devient en 1929 le premier maire de couleur d’une ville de métropole.

Réélu en 1935, il tient tête à l’occupant allemand qui ne tolère pas qu’un homme de couleur puisse occuper les fonctions de maire dans un pays vaincu.  La lettre émise par la Kommandantur le 9 aout 1940 exigeant sa destitution précise qu’il est « insupportable pour l’armée allemande de reconnaître comme maire en territoire occupé un homme de couleur, ni de discuter avec lui ». Il est alors démis de ses fonctions.

Implanté dans le paysage local, en particulier du fait de ses activités vétérinaires, il rentre dans la résistance et effectue des missions de renseignement intérieur. Victime d’une dénonciation, il est arrêté puis déporté le 17 janvier 1944 en direction du camp de concentration de Buchenwald où il devient le matricule 40490. Il y meurt en février 1945 sous les bombes alliées visant les usines d’armement nazies du secteur géographique de WEIMAR.

Fidèle aux valeurs républicaines portées par son père et à la mémoire d’une famille née dans l’esclavage, cet homme singulier défendit sans relâche les convictions qui l’animaient, attentif jusqu’au bout à défendre l’intérêt collectif.  C’est en 2013 que la Poste française commémora son souvenir.

Partager cette page

Repost 0